Le gros risque si tu as une agence digitale...

Salut à toi et bienvenue.

J’espère que tu vas bien. Alors, aujourd’hui, je voudrais te parler d’une bulle, d’une grosse bulle qui risque d’éclater, selon moi. Et cette bulle, cela n’est rien d’autre que les agences, que la grande tendance en fait des agences digitales, des agences marketing. Je vais parler principalement des agences digitales, mais cela vaut pour tous les types d’agence. Quand je parle d’agences, ce sont des structures qui vendent des services.

Contexte

Tu le sais si tu me suis depuis quelque temps, moi, mon obsession, c’est la vente de services. C’est le sujet principal de ce podcast et j’aide des indépendants, des consultants, des freelances à vendre leurs services de manière premium et à trouver des clients. Et tu vois, moi, j’ai une vraie obsession pour ce sujet-là, et je viens du monde des agences. J’étais créatif publicitaire avant de me lancer en tant qu’indépendant. Et du coup, je connais bien le sujet et je suis régulièrement contacté, enfin, je suis souvent en contact avec des agences, que ce soit dans mes coaching, que ce soit avec les gens qui m’écrivent par email, sur Twitter, sur Facebook, sur LinkedIn. Et on me propose souvent aussi des prestations en tout genre par email. On me vend en fait des prestations, que ce soit graphique, en rédaction, etc. Et donc, je connais bien le sujet. Et il y a un gros problème en fait, il y a un très gros problème. Et moi, j’avais mon agence jusqu’à il y a peu, je l’ai tué – j’en ai, il me semble, déjà parlé mais il faudrait que je fasse un vrai podcast sur le sujet pour t’en parler plus en détail. Mais moi, j’ai tué mon agence, donc, je connais bien le sujet.

 

Et un problème aujourd’hui, c’est que quand tu regardes un petit peu le paysage digital, j’ai envie de te poser la question : « Est-ce que tu ne penses pas qu’il y a trop d’agences ? Est-ce que tu ne penses pas qu’il y a juste trop de boites qui vendent leurs services ? Et encore, si ces boites étaient différentes et proposaient des choses intéressantes, pourquoi pas. Mais le truc qui me met, moi, la puce à l’oreille, c’est qu’il y a beaucoup trop d’agences qui se ressemblent, qui font la même chose, qui ne sont absolument pas différentes. Et tu vois, combien est-ce que tu as d’agences qui te proposent de la rédaction, de la création de contenu, du community management, du graphisme, etc. Combien est-ce que tu en as ?

 

Et c’est exactement le même sujet que les freelances en fait. C’est le même sujet. Et tu vois, souvent, moi, ce que je dis, c’est qu’il y a beaucoup de freelances qui se ressemblent. C’est un peu des freelances moutons. Et l’idée pour pouvoir bien gagner sa vie en tant qu’indépendant, en tant que freelance, c’est de se différencier. C’est d’être un mouton noir. C’est de vendre des services à haute valeur ajoutée. Et souvent, il faut un peu d’expérience pour en arriver là.

 

Mais le problème, c’est que tu as plein de boites qui ont créé leur agence – moi, mon agence, elle était extrêmement spécialisée en prospection LinkedIn, via toute une méthodologie que j’enseigne d’ailleurs dans mes formations – mais je suis je pense le seul à proposer cela de cette manière. J’étais le seul à proposer cela de cette manière-là. Maintenant, voilà, j’ai tout condensé dans une formation. Mais c’était une agence qui était unique dans le sens où le résultat que je proposais était unique. J’étais le seul à proposer cela. Mais quand je vois toutes les demandes, tu vois, que je reçois par email. Enfin, je reçois tout le temps les mêmes demandes, tu vois, enfin, les mêmes propositions. Ce ne sont pas des demandes, ce sont directement d’ailleurs ces trucs mal écrits et souvent un peu en mode spam. Ce sont des gens qui me proposent d’améliorer mes vignettes, de m’écrire des articles, blabla. Et tu as envie de te dire : « Mais pourquoi est-ce que ces gens font cela ? Pourquoi ils font tous la même chose ? Pourquoi est-ce qu’ils ne… – je ne sais pas – pourquoi est-ce qu’ils ne se différencient pas en fait ? » Moi, cela me rend un peu fou alors que – tu vois, j’en parle assez souvent et j’ai même sans doute des abonnés qui proposent les mêmes services que d’autres.

 

Alors évidemment, il y a de la place sur le marché francophone, sur le marché français et tout. Il y a de la place pour plusieurs agences, pour beaucoup d’agences, parce qu’évidemment, le digital notamment si on parle d’agence digitale, il y a beaucoup de demandes. Enfin, c’est comme certains vieux pourraient dire « c’est l’avenir », tu vois, le digital. Je veux dire, il y a beaucoup d’opportunités mais le problème, c’est que, alors, la bulle dans laquelle on est – je ne sais pas à quel point elle est grosse cette bulle, à quel point elle risque d’exploser à court terme – mais je pense sincèrement qu’il y a beaucoup d’entreprises qui vont être sur le carreau.

Premier risque

Tu vois, moi j’ai bossé autant – (il y a du vent) – j’ai bossé autant avec des petites agences qu’avec des grosses. Moi, je conseille des agences plus ou moins grandes dans leur prospection, tu vois, clients. Et en fait, c’est souvent le même truc. C’est que parfois, tu as des grosses agences qui sont en galère de clients. Et la raison pour laquelle elles sont en galère de clients, c’est qu’elles ont énormément de concurrence. Elles ont énormément d’autres, de plus petites agences qui proposent des prix forcément plus faibles, moins élevés et du coup, ben, elles ne peuvent pas forcément tenir. Donc, elles viennent vers moi en me disant : « Voilà, qu’est-ce qu’on fait ? Il nous faut absolument des emails. Il faut qu’on envoie une masse d’emails, une masse de messages sur LinkedIn, etc. » Du coup, ils viennent vers moi un peu en panique, au dernier moment, un petit peu comme si j’étais un sauveur, tu vois.

 

Sauf que le problème, c’est que je pense qu’il va y avoir de plus en plus de boites comme cela. Là, je te parle des grosses qui sont en panique à cause des petites, mais le problème, c’est que les petites agences, c’est pareil. Il y a de plus en plus, il y en aura de plus en plus d’agences qui vont proposer – je ne sais pas – de la création de contenu sur Instagram, tu vois, ou de développer ton audience Instagram. Tu vas avoir de plus en plus d’agences qui vont proposer des… – enfin, il y en a beaucoup déjà de la rédaction d’articles, etc. – Et le truc, c’est que… et c’est pour cela en fait que je vais répéter un peu ce que je dis assez souvent mais – ce qu’il faut faire, c’est déjà maintenant, aujourd’hui, alors que cela n’a pas encore explosé, alors qu’il y a encore beaucoup d’agences qui survivent, je pense qu’il faut se lancer dans la spécialisation. Il faut proposer un service par exemple dans un secteur précis.

 

Je te donne un exemple très concret et c’est un peu la raison pour laquelle je fais ce podcast, mais hier, je coachais quelqu’un qui avait une agence depuis plus de 10 ans, il me semble, et qui avait une super idée, vraiment une putain d’idée je trouve dans sa spécialisation. Et – je ne vais pas forcément donner cette spécialisation, ce secteur parce qu’il a peut-être pas envie que je le fasse – mais c’est simplement, il visait un type précis d’entreprise et il fait cela depuis longtemps et il a énormément de références et de clients récurrents. Et du coup, il est quasiment imbattable par rapport à cela. Il a sans doute très peu de concurrence. Et du coup, donc, il a suivi ma formation par rapport à LinkedIn et tout, et moi j’étais super content d’avoir un client comme cela parce que je lui ai dit : « Mais il n’y a aucune raison que tu galères. Tu vas avoir du succès assez rapidement. Tu vas avoir des résultats très rapidement parce que tu es déjà très clair par rapport à ton offre, à qui tu cibles. Et en plus de cela, tu as beaucoup de références. Bref, tu te démarques ultra facilement. »

Et du coup, on cherchait un petit peu quelles promesses il pouvait mettre en avant pour démarcher ses clients. Et je lui ai dit : « Mais en fait, c’est extrêmement simple. Tu as juste à faire un truc, c’est de faire un sondage auprès de tes anciens clients pour voir qu’est ce qui les anime. Qu’est-ce qu’ils recherchent en fait ? Quel terme est-ce qu’il faudrait utiliser ? » Enfin, en faisant un sondage, cela te permet de savoir quel mot est ce qu’il faut utiliser. A quel mot les gens sont les plus sensibles ? Et du coup, je lui dis de faire un sondage. Et c’est un truc qu’il peut faire simplement parce qu’il est spécialisé, parce qu’il a beaucoup d’expériences dans son domaine. Et ce n’est pas le cas en fait de toutes les petites agences digitales qui sont dans cette énorme bulle. Tu vois, cette agence-là, très spécialisée, cette agence digitale – c’est une agence web marketing très spécialisée – elle peut survivre à l’éclatement d’une bulle.

 

Par contre, toutes les petites agences qui font tout le temps la même chose… Et, alors, il y a des degrés différents de spécialisation. Je ne suis pas un devin, je ne peux pas dire «  Voilà, tel type d’agence va survivre ou pas. » Mais celui-ci, enfin, cette personne, cette agence, elle va survivre parce qu’elle est extrêmement précise dans sa cible. Une agence Instagram, je pense que c’est beaucoup plus intéressant et cela a beaucoup plus de chances de survivre qu’une agence qui proposerait de la rédaction de contenu de manière générale ou une agence – je ne sais pas – de graphiques ou peu importe. Parce que c’est plus précis, mais il y a bien un moment où il y en aura de plus en plus.

 

Et le problème, c’est que c’est vraiment cela en fait, c’est qu’il y a beaucoup d’agences qui se lancent parce qu’elles voient des tendances, tu vois. Si je te dis par exemple qu’actuellement, il faut lancer une agence en influence marketing Instagram, c’est un bon plan. Je veux dire, si tu lances cela aujourd’hui, tu vas avoir du succès. Tu peux avoir beaucoup de clients parce qu’il y a une grosse demande, parce que cela permet de mettre en contact des marques avec des influenceurs et ces marques-là vont avoir beaucoup de visibilité pour leurs produits à moindre coût. Bref, surtout si tu fais du micro… enfin si tu proposes des micro influenceurs. Bref, ce n’est pas du tout le sujet de ce poadcast, mais ce que je veux dire par là, c’est qu’il a un problème parce que tu as une espèce de mode, de tendance en fait des agences. Il faut faire extrêmement attention. Parce que cette tendance-là, le problème, c’est que cela dépend de ce que tu veux.

 

Deuxième risque

Je pense qu’il faut savoir si tu as envie d’avoir un business à long terme, tu vois, ou si tu es juste là pour surfer sur la vague et ne pas forcément durer et pivoter au bout d’un moment. Je pense que les personnes qui dureront le plus longtemps, celles qui n’auront aucun problème et qui résisteront à une éventuelle bulle, ce sont les personnes qui ont un business qui est axé sur une cible très précise. Ça, je le dis souvent, mais qui en plus d’être spécialisé, tu vois, ont une cible extrêmement précise.

 

Parce qu’une agence Instagram, tu dépends entièrement d’Instagram, tu vois. Tu dépends d’une plateforme. Moi, quand j’avais mon agence LinkedIn, je dépendais totalement d’une plateforme. C’est pour cela que je t’invite à ne pas avoir forcément, en tout cas, si tu considères le long terme, une agence qui est uniquement basée… ou même si tu es freelance, si tu es indépendant, c’est exactement la même chose en fait : ne pas avoir une agence entièrement basée sur une plateforme. Il vaut mieux être spécialisé sur une cible – je te dis n’importe quoi, mais, les avocats – parce que derrière ensuite tu peux proposer différentes prestations, mais tu es quand même spécialisé. Tu as une cible très précise. Il vaut mieux cela que d’être spécialisé en – je ne sais pas – prospection LinkedIn comme je l’étais. Tu vois, c’est une des raisons notamment pour lesquelles j’ai tué mon agence. Ce n’est pas que cela parce que cela cartonnait, mais entre autres parce que je vois vraiment le long terme.

 

Et donc, moi, en fait, tu vois, c’est une espèce de… en fait, on se repose un peu en faisant cela, en surfant sur les tendances, donc Instagram, la pub Facebook, etc. Moi, j’aurais pu développer encore plus, mais tu vois, une agence Facebook, en publicité Facebook quand je faisais que cela, mais le problème, c’est un petit peu… c’est tranquille, tu vois, tu te dis : « Bon, ben, c’est un bon plan. » Une fois que tu maîtrises la plateforme, tu n’as plus qu’à dérouler. Sauf que, ben, tu as beaucoup de plateformes qui changent, qui évoluent, et du coup, ben, tu as ton business entier qui peut se casser la gueule.

 

Donc, ce qu’il vaut mieux faire, pour moi, c’est vraiment être orienté sur une cible. Enfin, encore une fois, voilà, avoir une cible précise en tête, les avocats, les… – je n’en sais rien, moi – l’e-commerce, enfin, tu vois, plutôt que de penser à un truc, une plateforme précise. Et évidemment, je ne parle même pas de ce qu’on appelle les agences 360 qui, elles, sont quasi assurées de se casser la gueule. C’est-à-dire que tu vois, tu peux être 360 si tu as une cible précise. Tu peux être 360 – quand je dis 360, c’est proposer des services un peu généralistes, quand tu as une cible précise, par contre quand tu es 360, ce qui est le cas de quasiment toutes les agences et que tu n’as pas de cible précise en tête, tu es assuré de te casser la gueule parce que tu es contre le monde entier. Tu es juste assuré de te foirer parce qu’il n’y a aucune chance que tu te différencies à terme. Parce qu’il y aura beaucoup trop de concurrences en fait.

 

Donc, cela moi, c’est un gros problème que je vois. Du coup, j’étais super content de voir encore une fois la personne, enfin, d’avoir au téléphone la personne que j’ai coaché hier parce que je me disais : « Ah tiens, enfin quelqu’un – parce qu’il y en a pas beaucoup – enfin quelqu’un qui a une cible précise. » Et il y a plein de domaines, tu vois, je te dis n’importe quoi, je peux t’en donner plusieurs comme cela, mais tu vois, les salles de gym, cela peut être un bon plan, les avocats, les – je ne sais pas – experts comptables. Peu importe, mais tu as des gens, des types d’entreprise précis qui ont besoin de tes services en digital, en création graphique, peu importe, qui ont besoin de cela. Donc, pourquoi est-ce que tu ne les approches pas ? Tu vois, enfin, après à toi de voir.

 

Mais moi, je la vois cette bulle. Je sais qu’il y a un problème par rapport à cela. Et quand je parle de bulle, alors peut-être que ce ne sera pas une bulle, je veux dire, tout le monde ne va pas faire faillite, mais il va y avoir un écroulement des prix, je pense. Tu vois, de moins en moins de gens vont bien gagner leur vie. C’est un peu comme les freelances avec les grandes plateformes du style Malt, Codeurs, etc. Tu vois, c’est de plus en plus difficile de bien gagner sa vie en tant qu’indépendant et ce sera pareil pour les agences parce qu’il y en a de plus en plus. Pour moi, c’est intéressant de passer par le stade agence tant que tu es spécialisé, mais il y a encore une étape après en fait. C’est-à-dire que pour moi, le mieux, c’est d’accompagner ses clients de manière extrêmement personnalisée, sans forcément faire le travail pour ces personnes.

 

Moi, je fais la différence et la distinction entre « Done for you » et « Done with you ». Moi, je fais un service maintenant d’accompagnement, donc de « Done with you ». J’aide les gens à faire eux-mêmes, je ne fais plus pour eux, simplement parce que cela me permet d’accorder moins de temps à tout cela contrairement à l’agence. Et cela me permet de les aider à aller encore plus loin et je gagne beaucoup mieux ma vie comme cela. Et pour moi, c’est l’étape, la dernière étape, enfin, c’est l’étape la plus intéressante. Et j’avais fait un podcast n’y a pas très longtemps là-dessus, tu peux commencer en tant que freelance, ensuite te développer et créer une agence, mais toujours en ayant cette spécialisation en tête, le fait d’être niché. Et ensuite une fois que tu es devenu expert dans ton domaine, tu peux accompagner au cas par cas certains clients à avoir des résultats, à se transformer en fait, à transformer la vie de leur business.

 

Mais attention à cette bulle des agences. Enfin, moi, je vois beaucoup d’agences qui se sont créées il y a des années et des années qui sont en panique, mais vraiment elles sont en panique. Donc, maintenant, tu vois, soit tu suis leur modèle, soit tu les suis, tu fais exactement comme elles et tu dis : « Oui, moi aussi, je propose des services 360. Je propose de la création graphique, de la rédaction de contenu et je ne sais quoi. » Et tu risques de te casser la gueule. Je ne sais pas dans combien de temps. Ou alors vraiment tu pivotes maintenant. Tu penses à te spécialiser, à te nicher, à avoir une cible précise en tête dès maintenant. Et moi, je trouve cela extrêmement dangereux et c’est aussi pour cela que je n’ai pas creusé encore une fois le sujet, enfin, mon agence, elle n’a pas – je ne sais pas depuis combien de temps je l’avais – mais je l’ai arrêté alors que cela cartonnait et j’ai refusé plein de clients pour cela. Je sais que je pourrais encore très bien gagner ma vie grâce à cela parce que je pense vraiment à long terme.

 

A toi de voir. Qu’est-ce que tu as envie de construire ? Est-ce que tu envie d’être indépendant pendant longtemps ou est-ce que tu as envie d’être indépendant pendant – je ne sais pas – 3 ans 4 ans ? Je ne sais pas encore une fois combien de temps, dans combien de temps la bulle va exploser mais il faut être vraiment vigilant par rapport à cela parce que cela risque d’être le cas. Après, je ne suis pas un devin, je ne vais pas joué au grand… tu vois, je n’ai pas de vision par rapport à cela mais j’observe simplement ce qui se fait sur le marché. Je constate et je vois que les problèmes sont tout le temps les mêmes. Et voilà, il y en a de plus en plus des agences. Il y en a de plus en plus. Tu as juste à taper « agence digitale Paris » ou le nom de ta ville et tu verras. C’est obligé qu’à un moment, cela se casse la gueule. Donc, attention à cela, tu sais très bien à mon avis, du coup, maintenant, si tu as suivi jusqu’ici ou si tu suis régulièrement mes contenus, mais justement moi, mon but, c’est de t’aider à te différencier et notamment si tu as une agence, t’aider à te nicher, à te spécialiser pour trouver des clients premium.