Community manager - ce qu'on ne te dit pas....

Salut à toi et bienvenue !

J’espère que tu vas bien. Alors, aujourd’hui, je voudrais te parler du métier de community manager, de CM pour les intimes. Alors, moi, c’est le métier que j’ai fait pour me lancer en tant qu’indépendant. Avant, j’étais créatif publicitaire. J’étais payé à trouver des idées pour des marques, pour des campagnes publicitaires. Et pour devenir indépendant, pour devenir freelance, je me suis lancé en tant que CM, en tant que community manager, parce qu’il y avait une grosse demande. Tu sais, si tu t’intéresses au freelancing, tu entends souvent parler de boîtes et d’agences qui cherchent des CM. Et du coup, je me suis dit que c’était un bon moyen pour me lancer, surtout que je m’y connaissais pas mal.

 

Si tu regardes cette vidéo, si tu es sur YouTube, si tu écoutes ce podcast, c’est que le métier de community manager t’intéresse et tu ne sais pas forcément ce que cela veut dire, ce que cela regroupe. Et moi, aujourd’hui, après pas mal d’expérience dans le domaine, je me rends compte que le métier, enfin le mot community manager, veut un peu tout dire et rien dire. C’est une espèce de coquille vide. C’est un truc qui peut désigner énormément de choses. Et j’ai beaucoup de gens qui me posent des questions par rapport à cela. Comment se lancer en tant que community manager ? Et je suis toujours obligé de poser énormément de questions à la personne en face ou par email, quand c’est par email, parce que je veux essayer de comprendre ce qu’elle veut réellement faire. Voilà, quel métier en fait elle veut faire ?

Le métier de Community Manager

Parce que ce qu’on ne te dit pas, c’est qu’un community manager, quelqu’un qui est allé sur Twitter, Snapchat, Facebook, Instagram, en fait, ce n’est pas vraiment les mêmes métiers. Tu vois, la personne qui est super calée sur Instagram ne l’est pas forcément sur Facebook ou bien sur YouTube. Je prends l’exemple de YouTube parce que c’est particulier. Je connais très peu de bons community managers qui sont calés en YouTube, tu vois, qui sont capables de dire à une boite : « Je vais faire exploser votre chaîne YouTube. Je vais vous aider à avoir plein d’abonnés. » parce que c’est très particulier comme réseau social. Alors, Facebook, Instagram, en général, les gens, ils maîtrisent quand même les deux – et je vais y revenir – après, Snapchat, encore une fois, c’est plus particulier, tu vois. Twitter, c’est particulier. Bref, en fait, cela veut tout dire et rien dire.

 

Je me suis rendu compte d’un truc, moi, c’est qu’en fait, souvent, quand les boites cherchent un CM, un community manager, c’est pour gérer une page Facebook ou gérer un compte Instagram. Il y a très peu de boites – alors, il y en a, il y en a, je vois parfois des demandes de ce genre-là, mais il y a rarement des boites qui demandent du Snapchat. Alors, moi, je fais partie de ceux qui pensent que Snapchat va mourir, mais ça, c’est un autre sujet. J’ai déjà fait ce sujet il y a quelque temps. Je pense aussi que Twitter va mourir. Bref, en tout cas, la plupart des demandes que je vois, c’est quand même du Facebook et Instagram. Donc, si tu te dis : « Je vais me lancer en tant que community manager. », il faut que tu te dises : « Voilà, je vais me lancer en fait en tant que créateur de contenus sur Facebook et Instagram. » C’est déjà plus précis parce que – bon, peut-être que tu es intéressé par les autres réseaux sociaux, mais la demande des boîtes et cela – je trouve qu’on ne le dit pas assez, on ne le souligne pas assez – la demande des boites… En fait, à quoi tu sers en tant que community manager ? Si je peux m’exprimer comme cela. Tu permets à une boite d’avoir plus de visibilité sur les réseaux sociaux. Mais cela ne sert à rien en fait, tu vois, de dire, de mettre en avant que tu postes sur les réseaux sociaux, que tu es calé en Facebook, Instagram, on s’en fout. En fait, le seul truc que le client en face veut – si c’est un client si tu es en freelance, ou alors ton employeur si tu es salarié – le seul truc qu’il veut, c’est plus de visibilité. Il veut – non pas des fans – il veut des clients, des clients grâce à Facebook, des clients grâce à Instagram, etc.

 

Du coup, ce que tu dois mettre en avant, c’est ta capacité à générer des revenus, des clients grâce à ces réseaux sociaux-là, et pas simplement d’être calé en technique de savoir poster sur Twitter et tout, parce que cela, tout le monde sait le faire. Il y a beaucoup de gens qui me disent : « Quelle est la formation à suivre pour devenir community manager ? » Mais community manager en fait, normalement, tout le monde sait le faire si tu te limites à la définition un peu stricte. Si tu veux savoir comment poster sur Twitter, YouTube, etc. tu peux le faire tout seul, tu peux l’apprendre tout seul. Les écoles sont inutiles. Là-dessus, moi, je n’ai pas fait d’école pour apprendre à poster sur Twitter, Facebook, etc. J’ai tout appris sur le tas et ça, ça peut le faire pour toi aussi si tu es assez curieux, si tu es volontaire. Ça, je l’ai déjà dit. J’ai déjà fait des vidéos sur le sujet, notamment sur ma chaîne YouTube, sur le métier de community manager mais j’avais envie aujourd’hui vraiment de creuser certains points parce que ce n’est pas assez clair.

 

Vraiment quand j’ai des gens qui me disent : « Je veux être CM. », ils ne savent pas ce que cela veut dire. Mets-toi en tête que cela veut dire Facebook, Instagram. Ensuite, à partir de là, est-ce que tu es assez calé sur Facebook, Instagram ? Est-ce que tu connais un peu tout ce qu’il faut savoir sur ces réseaux sociaux-là pour générer des clients ? Et du coup, tu vois, ce n’est pas… si tu te présentes comme quelqu’un qui sait juste publier des vidéos machin, enfin, tu vois, tu n’as pas une grande plus-value pour la personne en face. Cela va être très difficile pour toi de gagner ta vie grâce à cela. Ou alors – et c’est là le côté obscur si je peux dire du community management – tu peux gagner ta vie en tant que CM, en te présentant comme CM, en te présentant comme quelqu’un qui peut publier sur les réseaux sociaux à partir du moment où tu échanges ton temps contre de l’argent.

La face cachée du métier de Community Manager

Il faut savoir un truc, c’est que les CM en général, ils travaillent énormément. Ils travaillent beaucoup. Si toi, tu as en tête l’image de la personne qui, tu vois, qui est allongé sur son canapé, ou ce que tu veux, et qui travaille – moi, j’ai mon canapé derrière, c’est une bonne image pour le coup – ben, tu te trompes en fait parce qu’il y a beaucoup de boîtes, quand elles ont besoin d’un système, en fait, elles ont besoin de quelqu’un d’extrêmement disponible. Parce que la création de contenus, si tu bosses pour une boîte, elle nécessite énormément de temps dans le sens où tu as des boîtes qui sont présentes parfois sur Twitter, Facebook, Instagram. Alors, tu vois, moi, je te disais que c’était surtout Facebook, Instagram mais tu en as toujours qui te demandent parfois du Twitter, du YouTube. Et du coup, cela te fait quand même pas mal de boulot, parce qu’il faut savoir que sur Facebook, il faut publier régulièrement, sur Twitter encore plus, sur YouTube régulièrement aussi. Bref, tu as une masse de boulot qui est assez énorme, sans compter les événements.

 

Ça, c’est un truc que je voudrais vraiment souligner parce qu’on ne s’en rend pas forcément compte, parfois, tu as des boîtes, des sociétés qui ont des besoins le weekend, le weekend ou pendant les vacances. Tu sais quand tu as un grand évènement auquel participe la boîte pour qui tu travailles, que tu sois salarié ou indépendant, il va falloir documenter cela sur les réseaux sociaux. Souvent, cela m’est arrivé d’être dans plein de super évènements, il faut être là pour pouvoir faire des stories, pour pouvoir filmer en live sur Facebook, bref. Et là en fait, tu échanges ton temps contre de l’argent. Si tu te présentes comme community manager, et je vais y revenir, mais tu peux le faire au départ, ben, il faut être… il faut comprendre que tu ne vas pas compter tes heures et que tu vas beaucoup travailler.

 

Moi, je me rappelle d’une mission qui m’avait permis de me lancer pour un gros site pour laquelle je n’ai vraiment pas compté mes heures. Tu vois, c’est-à-dire que je me suis vraiment buté. Je travaillais tout le weekend. En fait, je me levais, je travaillais en live. Alors, c’était depuis chez moi, j’étais en lien avec les équipes sur place. Donc, je n’ai pas dû me déplacer cette fois-là, mais j’ai travaillé énormément d’heures et, bon, j’étais pas mal payé mais pour le coup, tu vois, c’était énormément de temps.

 

Et ça, on n’a pas forcément cela en tête quand on veut se lancer en tant que community manager. Il y a vraiment deux visions du métier de community manager : la vision qui consiste à se dire que community manager, c’est la personne qui échange son temps, qui publie simplement sur les réseaux sociaux, qui n’a pas une énorme valeur ajoutée, qui est la personne qui regroupe les contenus, enfin, qui crée les contenus et qui nourrit en fait les plateformes sur lesquelles sont les marques pour lesquelles il travaille. Soit tu vois – et moi, vraiment c’est dans ce sens-là que j’ai évolué et que du coup c’est pour cela que je ne suis plus community manager – soit tu te vois comme un expert ou une experte dans le domaine – en tout cas, il faut l’être, il ne s’agit pas juste de se voir mais il faut l’être – qui est capable de générer comme je te le disais des ventes, des clients grâce aux réseaux sociaux.

 

Tu vois, je trouve qu’en fait, il faut vraiment se dire cela. C’est que les marques, si elles veulent un community manager, souvent, elles disent : « Bon, on veut quelqu’un qui poste » parce qu’elles font directement ce raccourci. En gros, elles se disent : « Bon ben, si on poste sur les réseaux sociaux, on va avoir des clients. » Ce n’est pas automatique. Il y a certaines… tu vois, je lisais un article notamment hier, je ne sais plus quel site c’était, c’est un site américain, un gros site : Ad Age, je crois. Et ben, il disait, cela ne sert à rien, tu peux passer ta vie à poster sur Facebook, si tu ne fais pas de publicité, tu perds ton temps en fait. Et ça, les marques ne le savent pas toujours. Les clients, quand tu es freelance, ils ne le savent pas toujours. Ils ne s’en rendent pas forcément compte. Ils se disent : « Bon ben, je vais embaucher un community manager et cela va se faire tout seul. »

 

Et toi, si tu ne sais pas, si tu n’as pas les techniques, les compétences pour aller au-delà de la simple publication, aller au-delà du simple fait de pouvoir poster une vidéo machin, bref, ça, tout le monde sait le faire, entre nous, tu vois. Mais si tu ne sais pas faire des pubs Facebook notamment par exemple, ou depuis Instagram, ou si tu ne connais pas de technique sur Facebook ou Instagram pour générer plus de clients sans forcément utiliser de pub, ben tu vas te retrouver un petit peu coincé. Tu vas te retrouver vraiment dans cette situation un petit peu précaire du community manager qui passe son temps sur, tu vois, son téléphone, sur ses réseaux sociaux. Enfin, tu vas être tout le temps tout le temps tout le temps connecté.

 

Et je te le dis en toute honnêteté, en toute transparence, il y a un moment où tu vas te cramer. Tu n’en pourras plus. Moi, cela a failli m’arriver plusieurs fois. Le truc, c’est qu’à force d’être connecté, vu que tu échanges ton temps, en fait, tu permets à ton client ou à ton employeur de ne pas avoir à poster lui-même. Et vu qu’il y a une espèce d’inflation des contenus, tu es obligé de poster de plus en plus sur toutes les plateformes, ben, il y a un moment, c’est humain, tu ne peux pas le faire, tu vois, 24 heures sur 24. Ce n’est pas possible. Donc, à un moment tu te crames, tu n’en peux plus, tu vois. Et moi, je connais des CM qui bossent parfois jusqu’à tard le soir. Et le truc, c’est que moi, j’ai vraiment essayé d’échapper à cela. Et pour échapper à cela, je me suis beaucoup formé justement.

 

Alors, aujourd’hui, je suis quasiment plus growth hacker que community manager. Je ne suis pas du tout community manager. Pour le coup, j’aide des boites à générer des ventes. Je me concentre de plus en plus sur le BtoB actuellement, notamment LinkedIn qui n’a rien à voir. Mais, ce que je t’invite vraiment à faire, c’est être curieux et te former en marketing digital plus que simplement community management. Ne cherche pas de formation de CM. Tu vois, je regardais tout à l’heure les mots clés notamment tapés par les gens pour trouver des informations sur le métier de CM sur YouTube, il y a écrit « community manager formation ». Honnêtement, pour apprendre les règles de base sur Facebook, Instagram, etc. tu peux le faire tout seul. Tu as plein de vidéos sur YouTube qui te racontent des tutos. Enfin, c’est vraiment, tu as énormément d’informations là-dessus, des blogs, etc.

 

Par contre, ce sur quoi il faut que tu te formes – c’est mon simple avis, après tu en fais ce que tu veux – mais ce sur quoi il faut vraiment que tu te formes, c’est plutôt le marketing digital, la capacité à générer des clients grâce aux réseaux sociaux. Et pour cela, il faut une méthodologie particulière, sur chaque réseau social, ce n’est pas pareil. Enfin, c’est vraiment le jour et la nuit. Donc, pour moi, c’est une espèce de… tu vois, ce sont des étapes en fait.

Le Marketing Digital

Tu as d’abord le métier de community manager qui te permet notamment de te lancer – comme cela a été le cas pour moi – de te lancer en tant qu’indépendant, simplement de quitter ton job si c’est ton objectif. Et derrière, tu as le métier de consultant en marketing digital spécialisé en Facebook ou en Instagram ou en LinkedIn, en ce que tu veux. Mais il faut vraiment segmenter. Il y a aussi pas mal de gens qui me disent qu’ils veulent voyager. Ben, tu peux voyager grâce au métier de community manager, mais il faut savoir que si on n’attend de toi que tu te déplaces aux évènements, cela va être compliqué. Tu vois, tu ne vas pas pouvoir bouger et simplement être sur ton ordinateur comme on te le fait rêver. Beaucoup, il y a beaucoup de gens qui te font rêver qui te disent : « Oui, deviens CM et tu pourras travailler à distance de n’importe où. » Ce n’est pas vrai, à partir du moment où tu te contentes d’être la personne qui poste pour les autres.

 

Si tu es juste la personne qui poste pour les autres, ben là, on va te demander de venir aux événements, etc. Et tu ne vas pas t’en sortir. Et tu ne pourras pas bouger n’importe où comme tu le veux. Et c’est là que d’autres, tu vois – par exemple la pub Facebook qui est de plus en plus demandée parce que c’est quasiment vital maintenant sur Facebook de faire de la pub pour générer des clients et des ventes – ben c’est pour cela qu’il y a de plus en plus de demandes à ce niveau-là. Et pour le coup, c’est super intéressant la pub Facebook parce que tu peux le faire à distance. Tu n’as pas besoin d’être sur place. Tu peux même bosser avec des clients étrangers sans problème.

 

Donc, tu vois, moi, si j’avais un conseil à te donner, c’est vraiment plutôt de te concentrer sur l’aspect « comment est-ce que je fais gagner de l’argent grâce aux réseaux sociaux » plutôt que les petites techniques d’engagement, de machin. C’est bien les petites techniques, tu vois, c’est bien de savoir… Il faut le faire, c’est obligé, c’est la base, mais il faut aller au-delà de cela. Mais, ne perd pas ton argent honnêtement à payer des formations en community management. C’est vraiment, pour moi, c’est vraiment une perte de temps. Je n’ai jamais fait une seule école. Enfin, je n’ai pas fait une école de community management. J’ai fait une autre école mais je ne me suis jamais formé en digital à l’école. Je l’ai fait vraiment sur le tas et aujourd’hui, je suis ultra calé mais simplement parce que je suis curieux. Si tu veux être community manager – j’imagine que tu es curieux ou curieuse – et du coup, ben, cela ne devrait pas être un problème pour toi de te former, de consulter des blogs sur le sujet et tout. Et même, tu vois, rien que ma chaine, même si moi mon cœur de… le cœur de mon sujet, c’est le consulting, le freelancing, c’est le fait de t’aider à devenir indépendant et notamment grâce au métier du digital. Alors, peut-être que tu veux devenir community manager, développeur, bref, mais cela t’intéresse peut-être ce sujet-là sur le community management. En tout cas, voilà, même sur ma chaîne où je parle de consulting et de freelancing, tu as pas mal de conseils et tu as quand même pas mal de choses à prendre justement pour pouvoir te former sur les réseaux sociaux en général.

 

Au-delà des petites techniques, des petites astuces d’engagement : comment avoir des likes, etc. il y a d’autres choses à connaitre et notamment les tunnels de vente dont je parle de temps en temps sur la chaîne. Comment est-ce qu’on amène quelqu’un qui ne connait pas du tout une marque à devenir client petit à petit ? C’est ce qu’on appelle justement un tunnel de vente.

 

Mais voilà, c’est un petit peu ce que je voulais te dire sur ce métier-là, sur le métier de CM qui, voilà, je vois qu’il y a de plus en plus de gens qui cherchent, qui veulent des formations et tout. Il y a forcément plein de boites qui vont se faire de l’argent avec cela, qui vont proposer des formations en community management. Et je comprends parce qu’à partir du moment où des gens demandent des formations, voilà, c’est comme cela, tu auras toujours des boites qui seront là pour offrir ces formations. Donc, c’était juste mon point de vue un petit peu pour que tu évites de perdre du temps et que tu sois un petit peu plus clair par rapport à ton objectif, si ton but, c’est de devenir CM.

 

En tout cas, voilà, ce n’est pas du tout une vidéo négative ou un podcast négatif par rapport à ce métier-là. C’est juste pour que tu aies un peu de recul. Et moi, j’ai commencé en tant que CM et je suis consultant maintenant et je vois vraiment avec… j’ai le recul je pense pour vraiment, pour me dire : « Bon, le métier de CM, c’est bien pour commencer, mais tu ne peux pas faire cela toute ta vie quoi. » Sinon, tu te crames. Et il va y avoir de plus en plus de besoins de contenus et une personne ne peut pas gérer notamment en tant que freelance plusieurs clients. Si tu as plusieurs clients en tant que CM, si tu fais les choses bien, et ben cela va être compliqué pour toi parce que si tu as 3 clients sur YouTube, 3 clients sur Twitter, enfin, tu vois ce que je veux dire, tu ne peux pas être dans la… il ne faut pas trop se diversifier en tant que CM. Et cela revient, cela rejoint simplement le point que je mets tout le temps en avant sur ma chaîne qui t’invite à te spécialiser dans une compétence, une niche. Bref, spécialise-toi pour devenir expert dans un truc, un seul truc. Et c’est comme cela que tu gagneras plus et que tu ne passeras pas ta vie à travailler.