Comment trouver des clients sur internet ?

Salut à toi et bienvenue.

J’espère que tu vas bien. Alors, aujourd’hui, on va voir comment trouver des clients sur Internet. Je vais te donner six étapes pour y arriver. Tu sais sans doute, il y a beaucoup de concurrents sur Internet pour trouver des clients. Il y a beaucoup d’autres freelances, beaucoup d’autres prestataires de services, beaucoup d’autres entrepreneurs de manière générale, et l’attention de tes clients potentiels, des gens qui pourraient payer tes services, elle est diminuée. Parce que voilà, ils ont plein de pop-ups, ils ont des emails à droite à gauche, ils ont des pubs devant leurs yeux.

 

Bref, c’est compliqué aujourd’hui de décrocher des contrats sur Internet, mais c’est possible. Et mon approche, elle est un petit peu particulière. Elle peut peut-être t’étonner mais c’est, pour moi, ce qui a fonctionné et c’est ce qui fonctionne pour les gens que j’aide régulièrement : les entrepreneurs, les prestataires de services, les indépendants, les consultants… Tu appelles cela comme tu veux. Cela fonctionne pour eux et je voudrais partager tout cela avec toi.

 

Alors, le premier truc, ce n’est pas de foncer tête baissée, tu vois, sur Instagram ou sur LinkedIn, sur Twitter. Tu ne sais pas pour l’instant quel réseau social est le plus pertinent pour trouver des clients, pour décrocher des contrats. Tu ne sais pas encore, tu vois, où est ce qu’il faut aller. Et il y a de grandes chances aujourd’hui pour que tu ne saches pas exactement quel est le bon endroit, celui où tu dois te placer pour pouvoir générer du business.

Première étape

 

La première chose que tu dois faire, la première étape, c’est identifier ton avatar client. Qu’est-ce que j’appelle un avatar client ? C’est ta cible idéale en fait. C’est celle qui pourrait payer tes services. Mais attention, je ne veux pas que ce mot, tu vois, il te passe par-dessus la tête comme pour beaucoup d’indépendants. Parce que c’est quelque chose que je répète assez souvent, tu vois, le client idéal, l’avatar, la cible idéale. Mais il y a beaucoup de gens qui se disent : « Oui mais bon, c’est bon, je connais, tu vois, ce client idéal. Je sais qui peut payer mes services et tout. » Et je me rends compte à chaque fois que je parle avec des gens que cela n’est pas du tout le cas, tu vois. Souvent, les gens, ils ont une idée un petit peu préconçue de qui pourrait payer leurs services, et ils se rendent compte quand ils cherchent à prospecter, quand ils cherchent à trouver des clients sur Internet, personne « ne mord » – si je peux utiliser cette image-là. Personne ne mord et souvent, c’est parce qu’ils ne ciblent pas bien. Souvent, c’est parce qu’ils ne savent pas qui peut être intéressé par leurs services.

 

Donc, moi, je t’invite vraiment déjà à te poser et à te dire… sincèrement, tu vas te remettre en question par rapport à cela et te dire : est-ce que vraiment telle personne peut être intéressé par tes services. Imagine, en fait, il faut que tu imagines quelqu’un de – limite – de vrai. Tu vois, quelqu’un dans la vraie vie, tu trouves un avatar, tu vois, dans ton entourage, dans ta famille, dans tes amis, peu importe. Quelqu’un qui pourrait être intéressé par tes services. Ça, c’est la façon la plus facile – on va dire – un peu la plus hasardeuse aussi, mais en tout cas, il faut que tu fasses cela. Il faut que tu visualises vraiment ton avatar, pas que ce soit juste, tu vois, une idée, quelque chose de totalement virtuel. Essaie de vraiment comprendre qui cela peut être. Quel âge a cette personne ? Est-ce que c’est un homme ou une femme ? Je ne rigole pas quand je dis cela. Alors, souvent, ce sont des hommes et des femmes, tu vois, mais parfois, il y a plus d’hommes dans un secteur, tu vois.

 

Même moi, je parlais il n’y a pas longtemps avec quelqu’un en coaching et pour le coup, ben, elle se rendait compte cette personne qu’il y avait surtout des hommes dans ce secteur-là. Donc, elle s’est dite : « Mon avatar, mon client type, c’est un homme. » Parce que 80 % des gens dans ce domaine-là sont des hommes. Donc, pourquoi viser les femmes ? Alors, évidemment, il ne s’agit pas de faire de discrimination ou quoi mais vraiment déjà de te dire qui est la personne type. Qui représente le plus la personne qui pourrait payer mes services ? Donc, sois précis par rapport à son âge, son milieu social, son secteur évidemment, son intitulé de poste. Depuis combien de temps est-ce qu’elle est dans son job ? J’exagère presque mais ça c’est pour certains cas, notamment la pub Facebook. Qu’est-ce qu’elle consomme comme média, comme magazine si elle lit des magazines ou comme émissions télé ?

 

Bref, rentre un maximum dans tout cela. Il y a une grande partie des indépendants qui ne fait pas cela. Donc, penche-toi vraiment là-dessus et tu vas comprendre par la suite pourquoi c’est si important vraiment de connaître son avatar. Donc, ça, c’est la façon un petit peu virtuelle. Enfin, pas virtuelle, mais la plus facile mais aussi la plus hasardeuse comme je te disais, parce que tout cela repose un petit peu sur des a priori sur, tu vois, peut-être ton expérience, mais il n’y a rien de scientifique dans tout cela. Il y a certaines personnes, ce qu’elles font, c’est ce qu’on appelle des études de marché. Honnêtement pour moi, la meilleure étude de marché, c’est de parler à cet avatar. Tu vois, tu te notes différents avatars et tu essaies d’en trouver dans la vraie vie et tu vas leur parler pour voir si tes services les intéressent. Et la meilleure étude de marché, c’est quelqu’un qui paie tes services. Tu vois, les sondages, tout cela, c’est très bien, d’accord ; mais si tu fais une étude de marché, tu vois, dans ton entourage ou dans tes amis ou dans ton cercle proche, les gens, ils peuvent très bien te dire : « Oui, ton service, il est super intéressant. » mais derrière, ils ne vont pas le payer. Donc, concrètement, tu auras perdu du temps parce qu’en fait, cela n’était pas un bon service. Enfin, ton service n’était pas adapté à cet avatar.

 

Donc, moi, je t’invite vraiment à aller au contact des gens, à parler concrètement aux gens pour savoir si ce que tu proposes intéresse tel type de cible. Parce que ce que tu peux faire, c’est parfois proposer – je vais y revenir par la suite – mais proposer un service qui intéresse une personne mais pas une autre. Il faut que tu identifies de manière extrêmement précise ton avatar avant de faire quoi que ce soit avant, avant d’aller sur LinkedIn, Twitter, etc. Vraiment. Donc, ça, c’est la première étape.

Deuxième étape

La deuxième étape, c’est d’identifier où se trouve du coup cet avatar, cette cible sur Internet. Et cela, c’est important parce que tu vois, tu as des clients potentiels qui sont sur Instagram, tu en as d’autres qui sont sur Twitter, tu en a d’autres qui sont sur LinkedIn, tu en as d’autres qui sont sur YouTube, tu en as d’autres qui sont… bref. Et parfois, ils sont sur plusieurs réseaux sociaux à la fois. Je vais y revenir après un peu plus en détail, mais il faut une fois que tu as établi, tu vois, cette typologie, une fois que tu as vraiment compris qui pouvait payer tes services, qui pouvait être intéressé. Quand je parlais d’avatar, je parlais notamment aussi du portemonnaie, parce que tu as des gens qui sont très intéressés par tes services mais qui n’ont pas d’argent. Il faut aussi que tu établisses un profil au niveau notamment financier, limite que tu te dises : « Bon bah, ce sont des gens qui gagnent tant qui peuvent payer mes services. » Bref, mais une fois que tu fais tout cela, tu vas vraiment cartographier les réseaux sociaux, tu vois, Instagram, Twitter, Linkedin, etc. et te demander : « Est-ce qu’ils sont dessus ? »

 

Et pour vérifier, tu vas aller sur ces différents réseaux sociaux et tu vas fouiller pour voir si c’est le cas, si tu n’es pas juste dans la théorie, si tu n’es pas juste, tu vois, en train de te faire des films dans la tête. Vraiment, il faut que tu ailles au contact.

 

Donc, note-toi tout cela et identifie sur quels réseaux sociaux ils sont. Et parfois, ils sont dans plusieurs. Tu vois, moi par exemple, ils sont sur plusieurs réseaux sociaux. Mais c’est marrant parce qu’encore une fois, je parle avec quelqu’un en coaching qui ne savait pas vraiment où son avatar ou son client idéal ou sa cible idéale était. Et pourtant, ce n’est pas si compliqué que cela. Tu vois, sur LinkedIn, tu as une cible qui est très corporate, parfois ce sont souvent des dirigeants d’entreprise. Sur Instagram, cela peut être plus pour… tu vois les sites des freelances créatifs, cela peut être beaucoup plus intéressant parce que tu as pas mal de marques, d’e-commerces aussi, si tu fais de l’ecommerce. Enfin, même si tu fais de la pub pour les e-commerces, c’est intéressant. Bref, c’est très lifestyle, design, etc. Instagram. Donc, tu as un certain type de cible là-dessus. Sur Twitter, c’est plus corporate aussi. Sur Facebook, tu as de tout. Alors, tu peux parfois avoir une cible qui est sur Facebook, mais aussi sur LinkedIn, mais aussi sur YouTube. Tu vois, moi, pour le coup – et je vais revenir un petit en détail après – moi, j’ai une cible qui est un petit peu partout pour le coup. Enfin, pas partout, qui est principalement sur LinkedIn, YouTube et Facebook si tu veux. Donc, cela fait quand même trois réseaux sociaux, mais sois précis. Quel est le réseau social où tes prospects ou ton type ou ton avatar type se trouve en fait le plus. Où est-ce que son attention vraiment se situe ? Parce que souvent, tu vas te rendre compte que ton avatar par exemple, il regarde plutôt son profil… enfin son fil d’actualités LinkedIn plutôt que Facebook. Tu vois, ou inversement. Donc, sois précis par rapport à cela.

Troisième étape

Et une fois que tu as fait cela, la troisième étape, c’est de bien définir ton offre. Qu’est-ce que tu proposes ? Qu’est-ce que…, tu vois, quel est le service que tu proposes ? Si tu fais du web design, c’est quoi en fait ? Qu’est-ce que tu fais ? C’est quoi le web design ? Qu’est-ce que tu proposes dans le web design, en web design ? Et auprès de…, toujours en pensant à ta cible en face, toujours en pensant à la personne à qui tu vas proposer cela. Tu vois, c’est presque en fait de manière concomitante, simultanée, qu’il faut que tu penses à cela. Tu penses à la fois à ton avatar et à ton offre, à ce que tu proposes. Mais sois précis, je ne vais pas me répéter par rapport à cela. Il y a plein de podcasts sur le sujet sur mon podcast. Il y a plein de podcasts où je parle, tu vois, de spécialisation, de niche, etc. En tout cas, spécialise-toi. Sois précis par rapport à ton offre tout simplement. Ne dis pas : « Je fais du web design. Je fais du community management. Je fais de la publicité. » parce que ce n’est pas cela. Ce n’est pas comme cela que tu vas réussir et tu vas voir, on y arrive, tu ne vas pas réussir à accrocher des clients sur Internet, sur les réseaux sociaux. Tu ne vas pas y arriver si tu es un généraliste ou une généraliste.

 

Quatrième étape

Une fois que tu as cela, une fois que tu as défini ton offre, cela peut être par exemple – je ne sais pas – je dis n’importe quoi mais un audit en web design de site internet d’un avatar précis. Une fois que tu as fait cela, il faut que tu craftes ton message. Il faut que tu modèles ton message. Il faut que tu me mettes en forme ton message. Il faut qu’en une phrase, tu sois capable de… tu vois, de dire ce que tu fais, ce que tu proposes et à qui. En une seule phrase, ça, ce n’est pas toujours le plus évident, mais il y a quelques jours, j’avais – encore une fois – quelqu’un en coaching qui avait une phrase mais qui mettait en avant plutôt sa méthodologie plutôt que le résultat qu’elle pouvait apporter. Il faut que tu mettes en avant principalement le résultat vraiment que tu peux apporter plutôt que ta méthodologie. Si tu as une méthodologie – je ne sais pas – en SEO que tu as appelé – je ‘en sais rien – « SUPER », ne va pas dire : « Oui, j’aide les gens à implémenter la méthode SUPER ». Cela n’intéresse pas. Personne ne sait ce que c’est. Personne ne…, tu vois, cela ne parle pas. Par contre, si tu dis : « J’aide tel type d’entreprise à faire ceci cela, à se référencer grâce à la méthode machin. » Là, cela peut peut-être plus parler. Mais attention à bien… à vraiment être capable d’identifier, enfin, de formuler ton offre en un message clair et précis.

Cinquième étape

Une fois que tu as cela, mais seulement une fois que tu as cela, tu vois, il ne s’agit vraiment pas de brûler les étapes parce que sinon tu vas vraiment te foirer, concrètement. Une fois que tu as cela, il faut que tu mettes en place ce que j’appelle un tunnel de vente. Alors, les tunnels de vente en marketing, c’est simplement le fait de toucher des personnes qui pourraient être potentiellement intéressées. C’est de mettre en place un système qui attire des clients potentiels, des prospects, qui les éduquent – pas les éduquent – mais qui leur montrent un peu ce que tu fais, qui leur fait comprendre qui tu es déjà, qui leur fait comprendre ce que tu proposes, qui tu es, qui fait en sorte… ce système vraiment, tu vois, il est ultra complet. Il fait en sorte aussi qu’ils aient confiance en toi, qu’ils aient confiance en ce que tu proposes et qu’ils aiment, tu vois, ce que tu proposes. Enfin, c’est vraiment un moyen de prendre quelqu’un qui ne te connait pas, un tunnel de vente, quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de toi par le passé et de transformer cette personne en client.

 

Et ce tunnel de vente, tu vas pouvoir le mettre en place sur LinkedIn si tes clients sont sur LinkedIn, sur Twitter s’ils sont sur Twitter, sur Instagram si tes clients sont sur Instagram, sur ton site internet, via de la pub Facebook, via les chatbots, peu importe. Mais une fois que tu as déterminé – encore une fois – où est ton avatar, il faut que tu mettes un tunnel de vente en place en fait pour pouvoir derrière décrocher des contrats. C’est comme cela qu’on fait. Et tu vois, ne fais pas… n’envoie pas de bouteilles à la mer. Sois précis, tu vois. Essaie de construire un tunnel de vente qui fonctionne. Tu vois, un tunnel de vente, cela reprend en gros le framework art qu’on retrouve en growth hacking, qui est acquisition, activation, rétention, revenu. Et derrière éventuellement, un bouche à oreille, mais acquisition, c’est le fait d’amener des gens qui ne te connaissent pas à toi. Tu fais de l’acquisition. Ensuite, tu les actives, tu les fais passer à l’action pour par exemple, tu vois, simplement les faire cliquer sur une page. Acquisition, activation. Rétention, bah, tu les fais rester sur cette page. Tu les fais par exemple consommer un contenu. Tu les fais lire un article et ensuite tu les fais payer : revenu. Et ensuite éventuellement, une fois qu’ils ont payé, ils peuvent se transformer en personnes qui vont faire du bouche à oreille, enfin qui vont parler de toi, tout simplement.

 

Mais tu vois, cela obéit à certains certaines étapes très précises. Donc, met en place ton tunnel de vente pour attirer l’avatar que tu as bien défini en amont au bon endroit tout simplement. Et met en place – et cela, c’est un élément extrêmement important – met en place un seul tunnel de vente d’abord. Arrête de, tu vois, pêcher à droite à gauche. Arrête d’envoyer des bouteilles à la mer sur LinkedIn, sur Twitter. Il faut que tu mettes en place un tunnel de vente.

 

Sixième étape

Et une fois seulement, et c’est ma sixième étape, une fois seulement que ton tunnel de vente fonctionne, une fois que tu réussi à décrocher des contrats grâce à ce tunnel de vente, tu vas pouvoir en mettre en place plusieurs des tunnels de vente. Tu vois, par exemple, si tu as mis en place un tunnel de vente sur LinkedIn, tu vas pouvoir le faire sur la pub Facebook, enfin sur Facebook grâce à la pub, sur YouTube si tu en as envie. Mais sois méthodique, fait cela de manière vraiment carrée, ordonnée. Ne pars pas dans tous les sens. Ne fais pas partie de ces freelances, de ces indépendants qui vraiment font n’importe quoi. Tu vois, toutes les étapes que je t’ai données là, les six étapes dont on a parlé, concrètement, personne ne le fait en fait. C’est pour cela que tout le monde galère. Hier – ou tout à l’heure, je ne sais plus – j’ai reçu un message sur YouTube qui me disait : « Oui, je galère à trouver des clients en e-commerce et en immobilier. » Du coup, je me suis dit : « Mais la personne en fait, elle n’applique pas du tout ce que je suis en train de te dire là, tu vois. » E-commerce, immobilier, c’est quoi le rapport ? Qu’est-ce que tu proposes ? Enfin, tu vois, c’est tout le temps la même chose. Donc, identifie ton avatar, première étape. Deuxième étape, tu identifies où se trouve cet avatar. Troisième, tu définis ton offre de manière précise. Quatrième, tu craftes ton message, tu construis ton message, ton discours. Cinquième étape, tu mets en place un tunnel de vente sur un seul réseau social, un seul endroit, là où se situe principalement ton avatar, ton client type. Et enfin une fois que tu as quelque chose qui fonctionne, tu peux construire d’autres tunnels de vente et tu peux aller plus loin. Tu vois, tu peux empiler les tunnels de vente si tu en as envie pour aller beaucoup plus loin. Mais c’est comme cela que tu vas trouver des clients sur Internet.

 

En tout cas, si cela t’intéresse de connaître les 20 systèmes, les 20 tunnels de ventes les plus efficaces sur Internet aujourd’hui, moi, j’ai créé une formation qui s’appelle « Générateur de clients » qui est à un tarif spécial jusqu’à dimanche minuit. Après dimanche minuit, la formation reprendra son tarif normal. Mais on voit ensemble vraiment les tunnels de vente que moi j’applique et que j’applique pour mes clients, qui fonctionnent et qui parfois rapportent jusqu’à plus de 100 000 € en contrats, tu vois. Donc, il n’y a pas 40 tunnels de vente qui fonctionnent, il n’y en a pas 50, il n’y en a pas 100. Moi, j’en ai identifié 20. Et, tu vois, tu peux choisir dans cette liste de 20 un seul d’abord, tunnel de vente, et ensuite une fois que cela fonctionne, commencer à en mettre en place d’autres pour pouvoir générer des clients de manière vraiment consistante, de manière régulière et de plus en plus tout simplement.