Comment devenir freelance 'mouton noir' ?

Salut à toi et bienvenue !

J’espère que tu vas bien. Alors, je ne sais pas si tu as suivi le podcast d’hier dans lequel je parlais de clones, mais aujourd’hui, je vais parler de moutons, de moutons noirs, et plutôt de freelance mouton noir. Alors, qu’est-ce que j’entends par là ? Un mouton noir, un freelance mouton noir, pour moi, c’est un freelance qui fait différemment de la grande majorité des freelances. Qu’est-ce que cela veut dire faire différemment ? C’est s’éloigner des mêmes moyens de prospection – si on peut appeler cela des moyens de prospection – je vais y revenir par la suite que les moutons blancs, que les freelances lambda, il n’y a rien de méchant quand je parle de freelance mouton, de freelance lambda, le but, ce n’est pas d’offenser qui que ce soit, mais c’est de t’aider à sortir justement du « troupeau » – si on peut garder cette image tout le long du podcast.

Qu'est ce qu'un freelance mouton noir ?

Alors, du coup, tu vois, un freelance mouton noir, c’est un freelance qui prospecte différemment, qui présente son offre différemment, bref, qui s’éloigne de la grande majorité des freelances et qui s’éloigne notamment de ces bergers. Alors, c’est qui les bergers ? Et qu’est-ce que j’entends par berger dans le freelancing ? Je ne sais pas si tu consommes beaucoup de contenus, tu vois, par rapport au freelancing, tu as pas mal de start-up, j’en ai déjà pas mal parlé mais, tu vois, qui parlent de freelancing, qui te promettent différentes choses et qui te proposent différents services. Certains sont d’ailleurs super bien, tu vois, et d’autres le sont un petit peu moins mais le territoire du freelancing, il est assez quadrillé. Je pense que tu en conviendras. Il est quadrillé dans le sens où, voilà, il y a quand même pas mal d’acteurs sur le terrain. Et, au final, tu ne te rends peut-être pas forcément compte, on fait en sorte que tu restes un peu dans le même…, sur le même terrain justement. On essaie de te garder, tu vois, justement comme un mouton au même endroit. On essaie de garder au final tous les freelances entre les mêmes barbelés pour qu’ils n’aillent pas faire un tour de l’autre côté.

 

Pourquoi ? Simplement parce que – et ça, j’en ai déjà pas mal parlé sur le podcast, mais notamment la semaine dernière, il me semble – simplement parce que tu vois, les sociétés, les entreprises, les boites qui font appel aux freelances, aux prestataires de service ont intérêt à ce que les prix, notamment des freelances, ne soient pas trop élevés, qu’il y ait assez de freelance sous la main, tu vois. Le freelancing de manière générale devient le nouveau salariat. Je ne le répéterai jamais assez en tout cas pour les freelances moutons blancs, pour ceux qui restent entre les barbelés qu’on a choisis pour eux.

 

Et du coup, voilà, il y a tout un tas d’entreprises, d’acteurs qui ont besoin de freelances, tu vois, qui ont besoin d’une main d’œuvre fluide, agile comme on aime dire. Tu vois, on utilise ce terme agile justement pour un petit peu soumettre tout le monde. Bref, du coup, c’est un problème si tu es un mouton blanc, si tu es un freelance lambda, si tu fais comme la grande majorité des freelances parce qu’à terme, ce sera très compliqué d’en vivre. Ce sera compliqué d’en vivre parce qu’il y a de plus en plus de concurrences. Donc, pour moi, les bergers – si tu veux – du freelancing, ce sont principalement les grandes plateformes pour freelances, qui mettent en relation des entreprises et des freelances, tu vois, sous couvert de grandeur d’âme, en disant : « Oui, on va aider les gens à trouver des clients. On va aider les entreprises à trouver les meilleurs freelances. » Bref, tu vois, tout cela est très beau et très admirable, mais pour le coup, il y a un effet pervers à tout cela. C’est que plus il y a de moutons, plus c’est compliqué derrière de bien gagner sa vie.

 

Donc, pour moi, les bergers principaux du freelancing, ce sont les plateformes, mais certaines startups, tu vois, certaines boites, certains acteurs du freelancing participent un petit peu à cela. Et c’est problématique, tu vois, à partir du moment où tout le monde pense pareil, tu vois, tout le monde a la même… – j’allais dire quasiment la même idéologie – mais à partir du moment où tout le monde a la même… bref, la même pensée, tu vois, la même vision des choses, cela devient un petit peu dangereux pour l’avenir parce que tu es sûr qu’il va y avoir un craquage. Donc ça, pour moi, c’est un petit peu dangereux et tu dois devenir du coup freelance mouton noir pour rester indépendant toute ta vie, pendant des années et des années.

 

Alors, moi, je me suis noté quelques étapes justement pour t’aider à devenir un freelance mouton noir, pour faire en sorte que tu t’extirpes de cette grande masse. Alors, je vais garder cette image-là tout au long, mais la première étape, tu vois, je vais prendre le cas d’un freelance qui débute, un freelance qui est au début de son expérience, tu vois, qui vient de se lancer, mais du coup, tu vas pouvoir toi-même voir à quel stade en fait tu en es. Il y a cinq étapes.

Première étape

La première étape, et moi c’est quelque chose que j’ai fait aussi, tu vois, c’est de rejoindre ce troupeau de moutons blancs. Au début, tu vois, c’est-à-dire que si tu viens de te lancer, il ne s’agit pas de te transformer en mouton noir tout de suite. Il ne s’agit pas de devenir un freelance différent, de devenir consultant, tu vois, si je veux simplifier le truc. Il ne s’agit pas de se transformer de freelance à consultant dès le début, ceux qui te promettent cela, sont des voleurs, sont des menteurs. Voilà, ce n’est pas possible de se transformer en un clin d’œil de freelance à consultant.

 

Moi, cela m’a pris du temps et j’y ai passé beaucoup de temps. J’ai beaucoup bossé pour en arriver là. Bref, au début, il faut que tu rejoignes le fameux troupeau de moutons blancs. Il faut rejoindre les freelances sur les grosses plateformes. Au début en tout cas, c’est un des seuls moyens pour trouver des clients, tu vois. Tu as ton bouche à oreille. Je t’invite d’ailleurs à miser là-dessus, à plutôt miser surtout sur le bouche à oreille, sur ton réseau proche que sur les plateformes, mais dans pas mal de cas, on est obligé, tu vois, de s’inscrire. Alors, moi, je me suis inscrit. J’ai rejoint le troupeau sur une grosse plateforme pour freelance. J’ai même reçu un appel de, tu vois, d’une des personnes qui bossait parce que je pense qu’ils font attention au début vraiment à l’expérience client pour que tu restes bien, tu vois, pour bien garder les freelances entre les barbelés, il faut faire en sorte qu’ils ne bougent pas trop, tu vois. On essaie de faire en sorte qu’ils soient contents, qu’ils soient bien dans cet enclos. Donc, voilà, j’ai reçu un appel et au final, je ne sais même pas si j’ai décroché un seul contrat sur cette fameuse plateforme freelance, pour freelance. Donc, peut-être un ou deux, tu vois, mais c’était tellement ridicule.

 

Oui, j’ai eu pas mal… j’avais fait une vidéo notamment sur YouTube dans laquelle je montrais toutes les réponses, enfin, je donnais toutes les réponses que j’avais reçues de potentiels clients. C’était juste ridicule. Bref, je ne vais pas y revenir, mais au début, cela peut être un moyen vraiment, si tu galères de trouver des clients, si tu n’as pas de réseau. Donc, première étape, rejoins le troupeau en tant que moutons blancs. N’essaie pas de brûler trop d’étapes. En tout cas, essaie de trouver des clients de manière assez classique : réseau, enfin bouche à oreille, ou plateforme.

Deuxième étape

Ensuite, la deuxième étape, c’est de regarder le pré d’en face, celui où il y a tous les moutons noirs. Alors, qu’est-ce que je veux dire par là ? C’est quoi cette image à la con, tu dois te dire ? Le pré avec tous les moutons noirs, c’est le pré des consultants. C’est simplement LinkedIn, les emails, etc. Ce sont toutes les personnes, tous les freelances qui sont sortis de cette situation, qui sont sortis de cet enclos, qui sont sortis des plateformes, qui sont sortis de cette vision des choses extrêmement étriquée. Donc, il faut que tu regardes au bout d’un moment une fois que tu as un peu d’expérience, une fois que tu as fait un petit peu tes armes, que tu commences à regarder de l’autre côté.

 

Qu’est-ce que cela veut dire « commencer à regarder de l’autre côté », c’est déjà t’informer, te former notamment. T’informer et te former sur les moyens d’atteindre ce fameux pré avec les moutons noirs. C’est, comment est-ce qu’on fait ? Quelle est la clé ? Comment est-ce qu’on fait pour passer de l’autre côté ? Il faut que tu te formes par rapport à cela parce que ce n’est pas donné à tout le monde. Ce n’est pas, tu vois, cela ne se fait pas en un claquement de doigts. Et cela peut aussi te motiver. Cela peut t’inspirer.

 

Et aujourd’hui, tu vois, si tu commences en tant que freelance ou si tu n’as pas beaucoup d’expérience en tant que freelance, si tu es débutant ou si tu as un an d’expérience, enfin, voilà, si tu es vraiment à tes débuts, cela peut être ultra motivant de voir de l’autre côté, ce qui se passe, combien gagnent les consultants, enfin, les moutons noirs du coup, comment est-ce qu’ils s’y prennent, quelle est leur vie, etc. cela peut être ultra motivant et tu peux t’en inspirer. Donc, ça, c’est la deuxième étape, c’est déjà prendre conscience – c’est un petit peu comme la caverne de Platon – je ne vais pas faire de philosophie, mais c’est un peu déjà prendre conscience qu’il existe d’autres prés que ce pré de moutons blancs. Donc, ça c’est la deuxième étape.

Troisième étape

Troisième étape, c’est – moi, cela me faisait marrer comme image, je pense que cela va te faire marrer aussi – c’est de transformer la couleur de tes poils de moutons. Il faut que tu commences à devenir plus noir. Il faut que tu commences à devenir – c’est ça l’image – c’est de devenir différent, si tu veux, différent de la masse, de tous les autres freelances. Donc, deviens différent. Commence à te transformer, toi. Tu vois, quand je te disais à la deuxième étape « il faut que tu t’inspires des autres moutons noirs. Il faut que tu regardes un petit peu comment ils font et tout » là, la troisième étape, l’idée, c’est vraiment déjà de te transformer, toi, tu vois. C’est d’utiliser ce que tu as pu apprendre, tout ce que tu as appris, peu importe comment, sur le terrain, par des formations, des bouquins, peu importe, des vidéos, commence à implémenter cela pour devenir un freelance mouton noir.

 

Et ça, je vais t’en reparler à la toute fin de ce poadcast mais il faut que tu commences à opérer ta transformation pour pouvoir – et je vais y revenir – sauter par-dessus la barrière. Donc, commence à opérer cette transformation. Comment ? Simplement déjà en changeant ton offre, en transformant ta façon de te présenter, en transformant tes moyens aussi de prospection. Commence toi-même à prospecter différemment en allant ailleurs que sur les plateformes pour freelances.

Quatrième étape

Et quatrième étape, du coup, cela va un peu de pair, mais fais un tour dans le pré en face de temps en temps, justement. Va de plus en plus du côté de LinkedIn, des emails, même du réseautage, tu vois – alors j’allais dire dans la rue, pas dans la rue, tu ne vas pas faire de la prospection de rue – mais tu vois, dans les soirées et tout. Il faut que tu sois capable de te présenter différemment de : « Je suis un freelance community manager. Je suis développeur community manager. Je suis graphiste community manager. » Il faut que tu fasses différemment. Mais vraiment, essaie d’aller faire un tour de temps en temps et de plus en plus dans le pré en face. Essaie de faire comme les consultants. Et c’est en faisant, c’est en pratiquant, en testant, en essayant que tu vas commencer à transformer ton pelage, tes poils – je ne sais même pas comment on appelle cela – de plus en plus, à les rendre un peu plus foncés, un peu plus sombres, bref, d’être plus différents, si je mets cette image de côté. Donc, ça, c’est important.

Cinquième étape

Et enfin, et ça, c’est la libération, c’est la dernière étape pour tous les freelances : c’est de faire le saut définitif. C’est, tu vois, tu t’es transformé progressivement en mouton noir, en testant des choses, en prospectant différemment, en présentant ton offre différemment. Bref, et au bout d’un moment, tu vas avoir assez d’expérience, tu vas savoir exactement comment sauter au-dessus de la clôture définitivement et mettre un terme à… supprimer tout ce qui est portfolio sur les plateformes pour freelances, supprimer tous tes comptes là-dessus. Moi, c’est un truc que j’ai fait. J’ai fait cela un peu tard d’ailleurs.

 

C’est assez drôle, je pensais que je l’avais fait bien plus tôt, mais je l’ai fait assez tard, alors que, voilà, au final, moi, je n’ai jamais vraiment utilisé les plateformes pour freelances, tu vois. Je l’ai fait au tout début parce que je pensais que c’était exactement ce qu’il fallait faire, parce que j’ai agi comme un mouton, un freelance mouton blanc, si tu veux, et je me suis rendu compte qu’en fait, ceux qui s’en sortent vraiment, ceux qui vivent bien, qui n’ont pas peur de ne pas avoir de clients, etc. ce sont des gens qui savent vendre, ce sont des gens qui savent se présenter, ce sont des gens qui connaissent les moyens de prospecter en BtoB, bref.

 

Donc, ça, ce sont vraiment les cinq étapes : A, B, C, D, E. Donc, rejoindre le troupeau en tant que mouton blanc. Regarder le pré d’en face avec le troupeau de moutons noirs. Transformer la couleur de ses poils, bref, devenir plus noir, devenir différent, se transformer en consultant. Faire un tour dans le pré en face de temps en temps, de plus en plus aller du côté de la prospection LinkedIn et par email, etc. même la pub Facebook. Et enfin, sauter au-dessus de la clôture définitivement.

Mon expérience en tant que mouton noir

Moi, au début, je me suis présenté comme community manager freelance. J’ai été concepteur rédacteur en agence de publicité et je pensais que quand on se présentait en tant que freelance, il fallait dire : « Je suis community manager freelance. » Tu vois, j’aurais pu même, j’ai hésité un moment mais vraiment à mes débuts à être rédacteur freelance, parce qu’au final, mon métier, mon cœur de métier, c’était d’être rédacteur, mais je m’étais beaucoup formé en réseaux sociaux, en marketing digital, etc. Donc, je me suis dit : « Bon ben, je vais me présenter en tant que community manager freelance ». Et tu vois, je pensais vraiment qu’en me lançant, en présentant mon offre, j’allais pouvoir trouver des clients. Je pensais que tout le monde allait venir vers moi, être intéressé par mes services. Je m’étais dit, tu vois, avant de me lancer, avant de refuser le CDI qu’on me proposait, je m’étais dit : « Oui, il y a tellement d’opportunités dans le digital. Cela va être facile. C’est easy – tu vois – tout va bien se passer. Tout va passer crème. » et je me suis rendu compte que ce n’était pas le cas.

 

Et c’est comme cela qu’au fur et à mesure, tu vois, j’ai regardé de l’autre côté de la clôture, j’ai regardé comment faisaient les autres. Et au-delà de cela, j’ai testé. J’ai testé des choses, j’ai demandé des tarifs plus élevés. Je me suis présenté différemment, etc. jusqu’à aujourd’hui où je peux présenter n’importe quel service en gros de manière sexy parce que je sais comment faire, j’ai l’expérience pour, je sais vendre, etc. Mais ce n’est pas quelque chose qui est impossible, tu vois. Tu peux totalement y arriver, toi aussi, mais il faut être conscient de cela. Il faut être conscient de cette dichotomie et du coup aussi de cette espèce de – alors, je vais essayer d’utiliser des termes réglo – mais tu vois, enfin, il y a beaucoup de bergers, tu vois. Il y a beaucoup de bergers qui font en sorte que – et pas forcément consciemment tu vois – même eux, ils voient les choses d’une certaine manière, ils ne se rendent pas forcément compte qu’ils ne rendent pas vraiment service aux freelances, tu vois.

 

Après, certains me disent parfois que : « Oui, mais tout le monde ne peut pas être un mouton noir. Tout le monde ne peut pas devenir consultant, etc. » et j’en conviens totalement. Et moi, je ne m’adresse pas à ceux qui veulent rester parmi les moutons blancs. Tu vois, je n’ai jamais vraiment parlé de comment trouver des clients sur telle ou telle plateforme. Enfin, ce n’est pas vraiment mon délire, tu vois. Donc, moi, j’essaie de tirer vers le haut toutes les personnes qui veulent se transformer en mouton noir, en freelance mouton noir, et voilà. C’est pour cela que je ne m’adresse pas à tout le monde. Et c’est pour cela que je suis aussi très impressionné que la chaîne grossisse, que la chaîne YouTube, que le podcast grossisse. Et cela me fait super plaisir. Je reçois d’ailleurs de plus en plus de messages et je t’en remercie si tu fais partie de ceux qui m’ont écrit. Cela me fait vraiment plaisir. Voilà un petit peu.

 

Et je te préviens du coup, si tu veux te transformer en mouton noir, cela passe principalement par ton offre, par la manière en fait dont tu vas présenter ton offre. Il ne s’agit pas, tu vois, de changer tes compétences forcément. Souvent, on pense qu’on doit apprendre plein de nouveaux trucs, etc. Parfois, cela passe simplement par du marketing, par une façon de présenter son offre. Ton offre peut attirer plus de clients. En te démarquant, tu vas attirer plus de clients. En présentant ton offre différemment comme un mouton noir, tu vas attirer plus de clients. Et du coup, il y a tout un tas de techniques pour y arriver. Ce n’est pas très compliqué. Parfois, ça l’est un peu plus, mais dans tous les cas, le point principal vraiment, c’est qu’il faut oser mettre en place ces différentes techniques.